Bienvenue sur notre site
Cuba chez l'habitant



Veuillez activer JavaScript pour pouvoir bénéficier de toutes les fonctionnalités offertes par notre site.

Cigares

L'histoire du cigare

Trois siècles avant notre ère, déjà des hommes cultivaient et connaissaient l'art de traiter les feuilles de tabac avant de les fumer. C'est en 1492 que Christophe Colomb découvre l'île de Cuba. Les Amérindiens y fumaient d'étranges feuilles d'une plante appelée cohiba, qu'ils roulaient dans un tube nommé tabaco. Le tabac fut ensuite introduit en Europe en 1493.

La composition d'un cigare

Un cigare est composé de trois parties : La tripe, la sous-cape, et la cape.

La tripe

C'est le tabac qui constitue l'intérieur du cigare. La tripe est constituée de trois feuilles d'origines diverses : le ligero, le seco, le volado

  • Le ligero est la feuille située en haut du plant, elle reçoit directement la lumière. Elle donne sa force au cigare.
  • le seco est cueilli au pied du plant, il lui donne son arôme
  • le volado également cueilli au pied assure la bonne combustion du cigare

La sous-cape

C'est la feuille intercalaire, elle se situe entre la tripe et la cape. Son rôle est de maintenir la tripe.

La cape

C’est la peau du cigare. Si elle ne constitue pas l’essentiel du havane – la cape ne compte en réalité qu’en fonction de son poids et sa qualité est loin d’être négligeable. Elle influe sur la combustion du cigare, sur la cendre et joue un peu le rôle de révélateur "comme le sel dans un plat cuisiné", aiment dire les torcedores cubains.

Les procédés de fabrication

La culture du tabac exige des soins permanents. Après la préparation de la terre en juillet-août, on sème en septembre et on repique les plants à la mi-novembre. La croissance des pieds doit être très surveillée. Le cultivateur, dit-on, vérifie 150 fois chaque pied de tabac. La récolte se fait ensuite entièrement à la main et feuille par feuille à partir de janvier.
Une fois les feuilles récoltées, elles sont entreposées dans la Casa de tabaco où elles sèchent entre 20 et 50 jours.

Après la 1ère fermentation à 35°, les feuilles sont triées, mouillées puis écotées (opération qui consiste à enlever la nervure centrale).

Une 2ème fermentation à 42° va durer environ 60 jours, puis les feuilles seront rassemblées en ballots.

Après environ 6 mois à 2 ans de mûrissement, elles sont expédiées dans les manufactures.

Dans la manufacture, les cigares sont roulés à la main par les torcedores dans la salle appelée la Galera (la galère). Au début du 19è siècle, les fabriques étaient des prisons. De ce modèle est née la coutume d'asseoir les torcedores en longues rangées, comme des galériens.

Chaque torcedor regroupe ses cigares par botte de 50 dans laquelle il glisse sa marque. De chaque botte est prélevé un cigare pour la vérification du poids et de la taille recherchée.
Après que les cigares ont reposé plusieurs semaines dans l'escaparate, l'escogedor les classe par teintes.
La dernière étape est celle du baguage et du conditionnement. Après un ultime séjour en entrepôt, les cigares seront envoyés dans leurs pays de destination.