Bienvenue sur notre site
Cuba chez l'habitant



Veuillez activer JavaScript pour pouvoir bénéficier de toutes les fonctionnalités offertes par notre site.

Santiago de Cuba

Santiago de Cuba compte environ 400 000 habitants, située à un peu moins de 1 000 kilomètres de La Havane. Santiago est la deuxième plus grande ville de Cuba. La ville se situe entre la mer des Caraïbes et les montagnes de la Sierra Maestra.
Santiago, qui est un important port de pêche, est également un centre d'exportation du cuivre, du fer et des produits agricoles de la région environnante. Les établissements industriels de la ville sont diversifiés : fonderies, distilleries, fabriques de cigares, de savons et de matériaux de construction. La ville abrite une université.

Santiago de Cuba fut fondée en 1514 par Diego Velázquez de Cuéllar. En 1898, la ville fut le théâtre de la Bataille de Santiago de Cuba, opération décisive dans la guerre hispano-américaine, qui mena Cuba vers son indépendance. Les habitants de Santiago sont fiers que Fidel Castro ait qualifié leur ville de "berceau de la Révolution".

C'est un endroit plein de vie où les fêtes et la danse sont célébrées avec ferveur, surtout pendant le carnaval.

À 50 km à l'est de Santiago, se trouve le Parque Baconao, le plus grand parc de toute l'île de Cuba.

Photos de Santiago

Le carnaval de Santiago de Cuba

Ce célèbre carnaval a une origine religieuse : depuis la fin du XVIIe siècle, des processions et des festivités ont lieu tous les ans, du 24 juin au 26 juillet en l'honneur du saint patron de la ville, Santiago Apostolo. A la fin du défilé, les esclaves membres des cabildos (sociétés de secours mutuel qui gardaient vivantes les langues, les traditions et les croyances africaines) étaient autorisés à sortir dans les rues où ils chantaient en s'accompagnant de tambours, de crécelles et d'autres instruments. Ils annonçaient les comparsas, ces groupes portant des masques ou des costumes, des banderoles, des capes et des farolas (lampions) et dansant au rythme de la conga. Dans la seconde quinzaine de juillet, la ville entière est en fête, chaque quartier se doit de prendre part au défilé avec au moins une comparsa.

Source : Wikipedia

Sites naturels

Cayo Granma

Petite île intérieure de la baie de Santiago de Cuba avec une petite plage pittoresque. Elle se caractérise par l'existence d'un nombre considérable de bungalows en planches assemblées de style balloon frame. Les communications avec la terre ferme sont réalisées par une ligne régulière d'embarcations pour les riverains et les visiteurs. Cayo Granma fait partie de la zone protégée du Château de San Pedro de la Roca del Morro, et on y trouve un cimetière particulièrement intéressant d'un point de vue monumental ainsi que l'église de San Rafael, située dans la partie la plus haute de l'îlot.

Loma de San Juan (colline)

C'est un autre des endroits incontournables d'un grand intérêt historico-culturel. C'est le lieu où a été livré le dernier combat de la guerre hispano-cubano-nord-américaine, dont les actions les plus sanglantes se sont déroulées en juin et en juillet 1898. Des statues y ont été érigées qui représentent les soldats des trois armées opposées, et des tranchées creusées par les troupes d'Espagne sont conservées ainsi qu'un petit fort-mirador.

Baconao

Parc naturel de 80 000 kilomètres carrés déclaré Réserve mondiale de la biosphère par l'UNESCO, avec une route de bonne qualité qui conduit jusqu'à la lagune de Baconao, en traversant des villages isolés et quelques plages intéressantes, en sillonnant un paysage d'un vert intense et avec une végétation abondante. La zone compte des musées intéressants, des sites de loisirs, des monuments historiques et des curiosités telles que la Vallée de la Préhistoire, une grande plaine ondulée qui recrée des ambiances historiques avec plusieurs espèces de l'ère jurassique en grandeur nature.

A visiter

Centre Historique urbain

Déclaré monument national le 10 octobre 1978, ses limites actuelles correspondent à celles de la ville à la fin du 19ème siècle. Cette zone est encadrée au nord par le Paseo de Martí, au sud par l'avenue 24 de Febrero (rue Trocha), à l'est par l'Ensemble Monumental 26 de Julio et à l'ouest par la baie, et regroupe les éléments les plus importants ayant survécu de l'architecture coloniale de Santiago ainsi que des bâtiments intéressants de l'étape républicaine, construits à partir de l'année 1902.

Parc Céspedes

Ancienne Place de Armas, puis Place Mayor et Place de la Constitución, elle rend hommage aujourd'hui à Carlos Manuel de Céspedes, père de la patrie pour les cubains, avec un monument de corps entier et socle en marbre. C'est le meilleur endroit de la ville pour faire une halte quelques minutes et se mêler à ses habitants. Récemment rajeunie, elle est caractérisée par les grands arbres qui l'ombragent ainsi que les bancs pour s'allonger et se reposer.
Elle est au centre de la ville et est entourée d'importantes institutions telles que le bâtiment de la Mairie, la cathédrale Metropolitana de Santiago de Cuba, la maison séculaire Diego Velázquez, qui accueille désormais le Musée de l'Environnement historique ; la maison de la culture municipale -ancien Club San Carlos, inauguré en 1919- et l'hôtel Casa Granda (ouvert dans les années 20), entre autres.

Édifice de la Mairie (ayuntamiento)

Bâtiment inauguré en 1950 sous les ordres du maître Francisco Prag Puig, qui a adapté d'anciens plans du 18ème siècle destinés au Palais du gouverneur qui n'a finalement jamais été exécuté. Cela explique l'important semblant historiciste de la Mairie de Santiago de Cuba, un véritable symbole de la ville de par son élégance.
Elle est connue par la majorité des cubains comme étant l'endroit depuis lequel Fidel Castro a parlé pour la première fois au peuple le 1er janvier 1959, le jour de la victoire de la révolution, au cours d'un acte public devant la foule qui confirmait la victoire irréversible sur le régime tyrannique de Batista.

La cathédrale Metropolitana de Santiago de Cuba

Ses formes actuelles correspondent aux transformations introduites par l'architecte Carlos Segrera en 1922. La hauteur des tours avait alors été augmentée et l'ancien fronton de l'entrée principale avait été terminé par un grand archange. Elle est le siège du quatrième archevêché d'Amérique.

Rue Heredia

Artère du centre de la ville qui part du parc Céspedes et compte plusieurs édifices intéressants de la période coloniale, ainsi que d'importantes institutions culturelles. L'architecture des 18ème et 19ème siècles est bien représentée sur le tronçon compris entre les rues Calvario et San Pedro, et la rue constitue également l'un des foyers culturels par excellence du Centre Historique par la présence de troubadours, artisans et autres.

Casa de la Trova

Maison centenaire dans laquelle est né Rafael Salcedo, un musicien local remarquable, et qui fut également la propriété de Virgilio Palay, jongleur par nature qui convertit l'immeuble en gargote dans laquelle se retrouvaient toutes les nuits des troubadours de la ville pour terminer la journée dans une ambiance plus familière, avec plus de musique et plus de rhum.
C'est cette tradition qui fut à l'origine de l'idée de fonder au début des années 60 une institution qui regroupe ces hommes et ces femmes pour pérenniser cette manière de faire de la musique connue sous le nom de Trova Traditionnelle. Tous les jours, le matin et l'après-midi, montent sur scène des solistes et des groupes qui interprètent d'anciennes ouvres des fondateurs, ainsi que ces compositions moins récentes si bien accueillies dans le monde entier, par l'intermédiaire de figures comme Compay Segundo et Eliades Ochoa.
La Casa de la Trova est l'un des endroits les plus agréables des nuits de Santiago.

Rue Aguilera

Elle va de la Alameda, au bord du port, jusqu'au quartier résidentiel de Vista Alegre, ce qui en fait la rue la plus longue de la ville. Le tronçon compris entre les rues San Pedro et Calvario est particulièrement intéressant. Le promeneur croisera sur son passage le Musée Bacardí, le siège du gouvernement provincial, l'École de Commerce et les maisons résidentielles de la période coloniale, avec des grandes fenêtres et des beaux balcons.

Place Dolores

C'est l'un des endroits les plus fréquentés du Centre Historique. Il est rectangulaire et ses dimensions sont modestes mais ses arbres touffus et ses bancs confortables en font un endroit très apprécié. Une statue de corps entier de l'indépendantiste Francisco Vicente Aguilera, originaire de la ville voisine de Bayamo, est érigée au centre sur un grand piédestal en marbre.
Des maisons de l'étape coloniale accueillent aux alentours plusieurs restaurants et parmi les plus remarquables pour leur architecture, on distingue le bâtiment occupé par la Taberna de Dolores. juste en face du parc.

Place de Marte

Bien qu'elle appartienne également à la période coloniale durant laquelle elle faisait partie du système de places conçu pour le développement d'activités militaires, elle montre aujourd'hui une atmosphère plus moderne, entre des bâtiments contemporains de style éclectique tel que l'hôtel Libertad entre autres.
Elle possède en son sein plusieurs constructions commémoratives dont notamment une grande colonne terminée par le bonnet phrygien et l'étoile à cinq branches qui apparaissent également sur l'écusson de la République de Cuba. Ce type de monument a été érigé pour saluer la fin de la domination espagnole sur l'île. Actuellement, du fait de l'expansion de la ville, son plateau constitue le centre géographique de la ville.

Caserne Moncada

Convertie en école le 28 janvier 1959, elle abrite un musées historique intéressant de 10 salles qui expose du matériel, des armes, des textes et des images illustrant les efforts rédempteurs de la nation, depuis les premiers instants de la conquête jusqu'aux luttes de guérilla dans la Sierra Maestra. L'action glorieuse du 26 juillet 1953 a été recrée notamment. L'ancienne caserne fait partie de l'ensemble de monuments 26 de Julio, de même que le Palais de justice, l'école normale, l'hôpital provincial Saturnino Lora et le parc Abel Santamaría.

Petite ferme de Siboney

Située à l'extérieur de la ville, sur la route de Siboney. Elle servit de logement et de préparation pour les jeunes qui participèrent sous les ordres de Fidel Castro à l'assaut de la caserne Moncada à l'aube du 26 juillet 1953. Des photographies, des articles personnels et logistiques des assaillants y sont conservés.
Sur la route qui relie la ville à cette ferme, l'on rencontre des deux côtés de la chaussée des monuments simples en l'honneur des hommes tombés lors de cette action, avec le nom et la profession de chacun d'entre eux.

Place Antonio Maceo

Elle est présidée par deux ensembles monumentaux, ouvre de prestigieux artistes locaux : une statue équestre du lieutenant général Antonio Maceo, un indépendantiste cubain distingué ayant participé à toutes les opérations contre le régime colonial espagnol ; elle est l'ouvre du sculpteur Alberto Lezcay et 23 énormes machettes en acier escortent le héros.
À côté du monument se trouve une salle d'exposition moderne sur la vie et l'ouvre du Titan de Bronze, avec un parcours chronologique et graphique de son épopée sur les champs de bataille et qui montre sur un graphique de son corps les 26 blessures dont il fut victime au combat. À proximité s'élève le théâtre moderne Heredia, qui alterne ses fonctions culturelles avec l'accueil fréquent d'événements et de congrès.

Rue Enramada

Toujours animée, c'est la rue commerciale par excellence de Santiago de Cuba, qui descend jusqu'aux limites du port. Son image actuelle date du début du 20ème siècle lorsque plusieurs édifices y ont été construits parmi lesquels l'hôtel Imperial, l'édifice Serrano, le Ciné Cuba ainsi que d'autres au style éclectique qui cohabitent aujourd'hui avec des bâtiments représentatifs du temps des colonies.

Balcon de Velázquez

C'est un excellent mirador de la ville et du port, situé dans la rue Corona-pas loin du parc Céspedes-et sur le chemin du quartier Tivolí. Il fut construit en guise de ravelin entre 1538 et 1550 sur ordre de Fernando de Soto, et servit à l'installation d'une batterie de défense de la ville. Même s'il ne reste plus que quelques murs de l'installation originale qui s'intègrent à l'installation actuelle, l'endroit reste très intéressant car on peut y jouir de l'une des meilleures perspectives de Santiago de Cuba qui prend naissance dans la mer et s'élève sur des terrasses naturelles depuis le bord de sa baie immense.

Le Tivolí

Même sans parures et sans crépi, c'est un secteur résidentiel intéressant de l'ancienne partie de la ville. Il se trouve au sud-ouest du Centre Historique et celui qui s'y promène aura connu l'expérience de pénétrer dans les origines socio-culturelles de cette terre. Son relief accidenté permet de voir plus nettement qu'ailleurs ces inégalités de terrain qui définissent Santiago de Cuba, même si le plus important est qu'il constitue un foyer de traditions culturelles populaires fortement enracinées et dont les antécédents remontent à l'exode de colons français provenant de Haïti après la révolution de 1791, qui ont transplanté des habitudes, des goûts et une culture intacts qui survivent aujourd'hui par l'intermédiaire des danses, des rythmes, des coutumes et des influences évidentes.

La Alameda

Elle mesure environ un kilomètre de long et a été construite pour les loisirs de la haute société. En 1840, elle a été pavée pour améliorer l'accès aux magasins, au bâtiment des douanes entre autres, et à une époque plus proche de la nôtre des clubs nautiques ont ouvert, ainsi que des débarcadères modernes et d'autres installations similaires.
Les quais du terminal international de croisières se trouvent à proximité, avec plusieurs services pour les vacanciers. Un magasin de cigares bien achalandé, reconnu comme le meilleur de Santiago de Cuba, se trouve du côté de la terre ferme, avec une zone réservée pour les fumeurs, un bon bar et un humidor.

Forteresse de San Pedro de la Roca del Morro

Elle se trouve à l'est de la ville là où commence le canal d'entrée à la baie, sur une falaise élevée face à l'immensité de la mer. Construite pour des besoins de défense contre le harcèlement des pirates entre 1638 et 1700 d'après le projet de l'architecte militaire Juan Bautista Antonelli et avec l'intervention de Juan de Zízcara Ibañez, l'UNESCO l'a déclarée le 4 décembre 1997 patrimoine de l'humanité, pour être l'exemple le plus important et le plus complet des principes d'ingénierie militaire de la renaissance dans les Caraïbes.
Le Morro était l'élément central d'un système défensif solide qui s'étendait à l'est et à l'ouest de la baie, intégré par d'autres forteresses, forts et bastions.

Cimetière Santa Ifigenia

Il a une superficie de 133 mille mètres carrés et est considéré comme un véritable joyau de l'art funéraire à Cuba. Il a été ouvert en 1868 et est aujourd'hui Monument National. C'est l'endroit où reposent les restes mortels d'un grand nombre de héros des guerres d'indépendance, ainsi que des actions révolutionnaires qui obtinrent la victoire définitive le 1er janvier 1959.
On y trouve près de l'entrée le mausolée imposant qui conserve l'ossuaire de José Martí, le héros national des cubains à qui une garde d'honneur est rendue en permanence avec une cérémonie militaire simple mais solennelle.

Sanctuaire de la Virgen de la Caridad del Cobre

Le village de El Cobre se trouve à 27 km de la ville. Il fut fondé en raison de la première mine de cuivre à ciel ouvert du continent, mais c'est le Sanctuaire de la Virgen de la Caridad qui en fait aujourd'hui un lieu intéressant pour les cubains et les visiteurs étrangers. Il se situe sur le point culminant du Cerro de la Cantera et occupe un bâtiment construit à cet effet en 1927. Le 10 mai 1916, le pape Benoît XV a consacré la vierge comme patronne de Cuba, et elle fut également couronnée par Sa Sainteté le pape Jean Paul II, à l'occasion de sa visite dans l'île en janvier 1998. La vierge apparaît avec une auréole en or de 18 carats, et une couronne sertie de 1 450 diamants, émeraudes et rubis, et une robe de tonalité dorée avec l'écusson républicain brodé avec des fils spéciaux.
La croix qu'elle exhibe dans la main droite est en diamants et améthystes et la couronne de l'enfant Jésus est également en or et en argent avec des diamants. Le 8 septembre, une grande messe de dévots se rend au sanctuaire dans un acte de foi avec leurs remerciements et leurs prières à la vierge solidaire.

La Isabelica

Vieille hacienda d'une plantation de café française à 1226 mètres au-dessus du niveau de la mer. Son propriétaire, Victor Constantín, fut l'un des nombreux colons français qui, suite à la révolution haïtienne de Toussaint Louverture en 1791, se sont installés dans la Sierra de la Gran Piedra, où ils ont introduit et intensifié la culture du café. Elle est aujourd'hui déclarée Patrimoine de l'Humanité ainsi que l'ensemble local des ruines d'haciendas de plantations de cafés françaises (une centaine), et elle fait office de musée qui expose les outils de travail des esclaves et recrée le mode de vie de ces familles.
À proximité de cet endroit se trouve la Gran Piedra, une énorme masse pierreuse qui couronne le sommet de la colline du même nom. Depuis le sommet de ce rocher, qui pèse environ 75 000 tonnes !, on peut jouir de vues impressionnantes sur la chaîne montagneuse et sur la mer que l'on aperçoit au loin.

Musées

Musée de l'Environnement Historique

Il se trouve à proximité du parc Céspedes, et on la considère comme le bâtiment conservé le plus ancien de Cuba, construit entre 1516 et 1530. Il est associé à la figure de Diego Velázquez, qui fut le gouverneur envoyé par la Couronne Espagnole pour conquérir et coloniser l'île. Construit avec des murs épais et un léger air mauresque, il compte deux étages avec un grand balcon frontal au 2ème, limité par des jalousies pour atténuer la lumière solaire, dans le style des mochavaris arabes.
À l'origine, le rez-de-chaussée accueillait les bureaux de recrutement et le four de fonte de l'or qui est toujours conservé, et les étages étaient consacrés au logement. Actuellement, ses salles exposent des meubles et des outils domestiques des 16ème, 17ème, 18ème et 19ème siècles.

Musée Maison natale de José María Heredia

Il occupe une vieille résidence dans laquelle naquit en 1803 celui qui sera considéré ultérieurement comme l'un des pères du romanticisme espagnol. Sur la façade, une plaque posées à sa mémoire par l'Ateneo de Santiago de Cuba le 31 décembre 1917 rend hommage au fils prodigue, auteur de Oda al Niágara (Ode au Niagara), Teocalli de Cholula, La Tempestad (La tempête) et l'Himno del Desterrado (Hymne de l'exilé).
Son ouvre débordante de passion pour Cuba fait apparaître les tensions et les nostalgies de l'artiste conspirateur et indépendantiste condamné à l'exil à vie, une peine qu'il purge essentiellement au Mexique.

Musée du Carnaval

Il occupe le numéro 301 de la rue Heredia et ses salles sont entièrement consacrées à l'histoire de ces fêtes populaires, différentes de celles organisées dans d'autres parties de Cuba, notamment du fait que ses origines mêlent des influences espagnoles, africaines et franco-haïtiennes. Ce métissage de cultures engendra une plus grande diversité de danse et de rythme, l'utilisation de maquillages et d'autres éléments particuliers qui font du carnaval de Santiago de Cuba l'un des plus spectaculaires du pays. Les congas populaires de la ville, telle que la Conga de los Hoyos (héritiers du Cocoyé) et la Conga de Paso Franco, sont également représentées.

Musée Emilio Bacardí

Lorsqu'il fêta ses 100 ans en 1999, il fut déclaré Monument National. Il s'agit du premier bâtiment construit exprès dans ce but à Cuba, et il est l'ouvre de l'architecte Carlos Segrera, qui profita du cadre excellent offert par la Plazuela de la Carnicería.
Le fondateur du musée, le patriote et journaliste Emilio Bacardí, eut l'idée d'offrir aux cubains une vision globale de leurs actes rédempteurs du 19ème siècle, ce pourquoi il fut surtout au début d'un intérêt historique. C'est précisément à ces fins que sont destinées les salles du premier étage, où se trouvent des armes, des biens, des manuscrits et d'autres objets appartenant à des personnages indépendantistes illustres tels que Máximo Gómez et Antonio Maceo, ainsi que le héros National de Cuba, José Martí.
Une salle d'art expose au deuxième étage des peintures de grande valeur de José Joaquín Tejada Revilla et Juan Emilio Hernández Giró entre autres ; la salle d'archéologie au sous-sol montre quant à elle en exclusivité l'unique momie égyptienne existant à Cuba, ainsi que d'autres anciennes reliques.

Musée du rhum

Une institution incontournable vu qu'elle regroupe toutes les informations sur l'une des industries et des produits traditionnels de la région. Le musée se trouve dans la rue San Basilio, à l'angle de la rue San Félix, dans une jolie demeure qui compta deux propriétaires significatifs : Kindelán Muzo, l'un des gouverneurs de la ville, et Mariano Gómez, trésorier de l'ancienne compagnie de boissons et liqueurs Bacardí -originaire de Santiago de Cuba-.
Ses salles racontent l'histoire de l'industrie sucrière cubaine et l'apparition de l'eau de vie et du rhum comme produits dérivés de celle-ci. Il y a également une zone de fûts de vieillissement ainsi que des étiquettes et des bouteilles de rhum, d'anciennes marques disparues mais également de marques toujours existantes telles que le Matusalén, le rhum Santiago, le Caribbean Club, le Caney entre autres.

Musée de la clandestinité

Sur la route de ce lieu, se trouve la rue échelonnée de 52 marches connue sous le nom de Padre Pico, ce n'est pas la seule ni la plus grande, mais la plus représentative et la plus chargée d'histoire.
Le musée occupe une demeure spacieuse au sommet d'une colline où a habité l'intendant des impôts de la ville. Dévasté par le feu suite à une attaque révolutionnaire le 30 novembre 1956, alors qu'il hébergeait le siège de la police du régime de Batista, il fut totalement restauré en 1976 et ouvra dès lors 4 salles pour raconter le travail du Mouvement du 26 juillet à Santiago de Cuba.

Musée archidiocésain

Situé dans la cathédrale Metropolitana. Unique musée consacré à la religion catholique à Cuba. On y trouve la galerie des évêques et archevêques de Cuba, qui à une époque l'étaient également de Puerto Rico, Jamaïque, La Floride et la Louisiane, avec de nombreuses images religieuses et de pièces d'orfèvrerie de grande valeur et ancienneté.
Les fresques du dominicain Luis Desangles et la peinture réalisée sur un panneau du miracle Santo Ecce Homo, la plus ancienne existant à Cuba, sont de grande valeur. Il conserve également de nombreuses partitions originales de Esteban Salas, l'un des pionniers de la musique cubaine.

Activités nautiques

Plage

C'est un produit qui représente une exploitation importante grâce au climat prodigue de Santiago, à la situation géographique de ses plages relativement proches de la capitale ainsi qu'à l'environnement du paysage, à la sécurité et aux multiples services disponibles pour servir les hôtes.
Tant dans la zone ouest que dans la zone est, il y a des logements de bonne qualité -certains gérés par des sociétés internationales- dont l'offre comprend des sports nautiques, de l'animation et de nombreuses options liées à la ville et à la nature.

Pêche en haute mer

Activité réalisée très tôt le matin, lorsque l'on sort de l'hôtel vers la marina et dans un yacht bien équipé en mettant le cap vers des zones de mer ouvertes et considérées prolifiques pour la pêche. Avec l'option, tous les frais correspondant aux équipements, matériels et conseils sont pris en charge.

Loisirs

Cabaret Tropicana Santiago

(Spectacle de saison) Dîners
km 1 ½ Autopista Nacional
Téléphone : 68 7020
Fax: 68 7090

Cabaret San Pedro del Mar

(Spectacle de saison) Dîners
Route del Morro km 7 ½.
Téléphone : 69 1287, 69 2373

Discothèque Club Tropical

km 1 ½ Autopista Nacional, Cabaret Tropicana
Horaire : 23h00 à 3h00 du matin
Téléphone : 68 7020.
Fax: 68 7090

Discothèque - Karaoke Club La Iris

617, rue Aguilera entre les rues Barnada et Paraíso
Horaire : 10h00 à 16h00 (matinée) 22h00 à 3h00 du matin. (nocturne)
Téléphone : 65 4910

Club 300

(Boleros, ballades, musique en direct et enregistrée)
Rue Aguilera entre les rues San Pedro et San Félix
Horaire : 19h00 à 3h00 du matin
Téléphone : 65 3532

Maison des traditions populaires

(Son, trova traditionnelle, boléros, descargas, discussions, poèmes, expositions d'arts plastiques et photographies.)
La Casona. Barriada del Tivolí.
Horaire de l'établissement : 15h00 - 23h00
Représentations : de 17h00 à 20h00

Casa de la Trova

(Authentique trova traditionnelle de Santiago, son et boléros en direct)
208, rue Heredia, Santiago de Cuba
Horaire nocturne : 19h30 à 21h30

Casa de la Música

Rue Corona entre les rues Aguilera et Enramada
Horaire :

  • 22h00 à 2h30 du matin. Musique en direct
  • De lundi à vendredi : 10h00 à 19h00. Musique enregistrée
  • Samedi et dimanche : 15h00 à 19h00. Musique en direct

Téléphone : 65 222 / 65 2243

Patio de Artex

(Musique traditionnelle en direct et enregistrée)
300, rue Heredia entre les rues Carnicería et Calvario
Horaire : 22h00 à 2h00 du matin
Téléphone : 65 4814

Patio de Los Dos Abuelos

(Musique traditionnelle en direct, son et boléros)
Agence de représentation artistique Son de Cuba, EGREM
5, rue Pérez Carbó, en face de la Place de Marte
Horaire : Depuis 21h30 jusqu'au petit matin
Téléphone : 62 3302 / 62 3267

Cabaret Rancho Club

Hôtel El Rancho Route Central km 4 ½, Alturas de Quintero, Santiago de Cuba
Téléphone : (53226) 63 3202 / 63 3280 / 63 3565 / 63 2631 / 63 3940

Salón Rojo de Versalles

Altura de Versalles, km 1, Santiago de Cuba
Téléphone : (53 226) 691016 / 686145 / 686245

La Maisón

(Maison de modes) Toutes les nuits Avenue Manduley. Vista Alegre
Téléphone : 64 3449

Excursions

City tour

Promenade en omnibus climatisé par les rues principales de Santiago de Cuba et arrêts dans certains lieux dignes d'intérêt : la distillerie de rhum et la maison du Havane entre autres. Le parcours comprend également d'anciens quartiers résidentiels, la Place de la Revolución, des musées et le parc central Céspedes ;
Un guide de tourisme spécialisé et bilingue est également à votre disposition. Dans d'autres variantes, il est possible d'inclure le déjeuner ainsi qu'un tour de la ville sur les eaux limpides de l'immense baie autour de laquelle elle est établie.

Crazy tour

Excellente option pour connaître la campagne. On arrive à la zone de Caney en omnibus climatisé avec de grandes étendues d'arbres fruitiers et un superbe endroit connu sous le nom de Jardín de los Helechos.
On grimpe également jusqu'au sommet de la colline du Puerto de Boniato, dont le mirador permet de bénéficier d'une vue panoramique du centre de la ville de Santiago de Cuba. Un guide de tourisme spécialisé et bilingue est également à votre disposition.

Santiago Rum and Cigar

Sortie de l'hôtel en omnibus climatisé en direction de la distillerie de rhum où l'on peut déguster la boisson mondialement célèbre par son bouquet exquis et son traitement raffiné. On visite ensuite la Maison du Havane et la Place de la Revolución en plus du centre historique de la ville. Un guide de tourisme spécialisé et bilingue est également à votre disposition.

City tour con Tropicana

Il est effectué en fin d'après-midi et se termine par le spectacle du show Viaje al Caribe du Tropicana, le deuxième meilleur cabaret du pays. Dîner inclus.

Gran Piedra

Excursion avec ascension au massif montagneux La Gran Piedra par l'intermédiaire d'une route sinueuse qui serpente entre la végétation abondante de la Sierra Maestra. À 1 226 mètres au-dessus du niveau de la mer, une énorme masse de pierre apparaît considérée parmi les rochers les plus grands du monde et qui donne son nom à ce lieu (Grande Pierre).
À proximité se trouve le Jardín Ave del Paraíso (oiseau du paradis), ainsi que le musée La Isabelica, installé dans une ancienne résidence d'une hacienda de plantation de café créée et développée à cet endroit par le colon français Víctor Constantín.
Un guide de tourisme spécialisé et bilingue est également à votre disposition. Spécial Baconao Sortie de l'hôtel en omnibus climatisé à destination du parc Baconao. Haltes dans le complexe touristique La Punta, le Musée du Transport, la Vallée de la Préhistoire, la Communauté artistique, l'aquarium et la lagune de Baconao. Déjeuner et guide compris.

El Saltón

Le voyage est réalisé en hélicoptère. Durant les 20 minutes de vol, on peut apprécier les paysages de la cordillère de la Sierra Maestra. Un déjeuner est offert à l'arrivée ainsi qu'un bain dans la rivière, avec une chute d'eau de 17 mètres. Le retour est effectué dans l'après-midi, également en hélicoptère. Guide inclus.

Guardalavaca

Elles est considérée comme l'une des meilleures plages de Cuba et se situe dans la province de Holguín, au nord de la région orientale du pays. Des eaux chaudes et turquoises et du sable fin font les délices de cette zone de la géographie cubaine. Sortie le matin et retour dans l'après-midi. Guide inclus.

Cayo Saetía

Le déplacement vers cet endroit peut être effectué de trois manières différentes : omnibus, hélicoptère ou en avion. Cet îlot jouit de belles plages et d'une flore et d'une faune abondantes à l'état sauvage. Guide inclus.

Croisières

Grâce à son énorme potentiel, le territoire offre pour les croisières, en plus de conditions techniques et opérationnelles excellentes, un bon cadre pour profiter d'options culturelles, naturelles et de diversion. Le port, habilité à cet effet et situé directement au bord de la ville, dispose de quais d'embarcation avec des grands tirants d'eau et l'infrastructure nécessaire pour accueillir les voyageurs ainsi que des services de douane, d'immigration, de santé et autres. Du fait de sa situation à proximité des principales îles antillaises, Santiago de Cuba s'est incorporée avec succès à plusieurs itinéraires de croisières dans les Caraïbes, ce qui en fait un précédent intéressant pour le développement et l'expansion de cette modalité.

Tour al Cobre

Sortie de l'hôtel en omnibus climatisé à destination de La Basilique de la Virgen de la Caridad del Cobre, Patronne de Cuba, couronnée par le pape Jean-Paul II. En plus du sanctuaire qui constitue l'objectif principal du tour, il comprend le village et les mines à ciel ouvert du Cobre, ainsi que le monument El Cimarrón, dédié aux esclaves africains qui furent massivement introduits dans les Caraïbes et en Amérique.

Source : Office de tourisme de Cuba